../images/Paris_1867/3.Paris_1867.gif
Cartel précédent Cartel suivant

Plan général (côté Est)
Rapport sur l’Exposition de 1867, à Paris. Paris, 1869. [8 Xae 148]

Consulter l'image en ligne

Le Play propose une organisation à double entrée : des zones concentriques (bleu) avec de longs déambulatoires, le long desquels on découvre les groupes de produits similaires de tous les pays, et des secteurs rayonnants (vert) où est exposée, accessible depuis les « rues » (violet), la production de chaque nation. Ces secteurs rayonnants se prolongent au-delà du bâtiment pour organiser la répartition des espaces de jardins. La circulation est assurée par la structure du bâtiment : les millions de visiteurs que voit défiler l’exposition peuvent aller et venir de manière fluide et ne jamais déboucher dans une impasse qui les contraindrait à faire demi-tour.

L’organisation méthodique et rationnelle de l’espace d’exposition offre une lisibilité parfaite au visiteur. Ainsi, sept galeries circulaires exposent du centre vers la périphérie les œuvres d’art (1), les arts libéraux (2), le mobilier (3), le vêtement (4), les mines et métallurgies (5), les arts usuels (6) et les aliments (7). Au cœur du palais se trouvent les œuvres d’art et les arts libéraux, « comme au centre d’un foyer lumineux duquel tout rayonne ». Chez les industriels comme chez les naturalistes, la place détermine le rôle joué dans l’ensemble de l’activité humaine étendue à l’activité industrielle.

Retour à l'exposition

Conservatoire numérique des arts et métiers Conservatoire national des arts et métiers