../images/Paris_1878/3.Paris_1878.gif
Cartel précédent Cartel suivant

[The Trocadero, Exposition Universelle, 1900, Paris, France]
Library of Congress - LOT 13418, no. 326

Consulter l'image en ligne

Plusieurs fées se sont penchées sur le berceau du palais. Ne retenons que les noms des architectes Gabriel Davioud (1824-1881) et Jules Bourdais (1835-1915), qui allient les compétences de l’artiste et de l’ingénieur. Le palais du Trocadéro est emblématique du 19e siècle, dans sa double aspiration d’éclectisme et de rationalisme. Sur la colline de Chaillot s’élève une rotonde à colonnes flanquée de deux hautes tours, « souvenirs de la Giralda et de la tour du Palais-Vieux à Florence » dira Davioud. D’aucuns déclarent cette architecture « détestable », voire « décadente ». Toutefois, la valeur artistique de l’ensemble, ainsi que son indéniable originalité, sont favorablement accueillies par le public, séduit par son aspect orientaliste.

Les pavillons exotiques de l’Algérie, la maison égyptienne d’Abydos et les bazars marocains se sont installés dans les jardins en contrebas. En novembre 1878, le Magasin Pittoresque se fait l’écho de cette mode : « N’est-ce pas un des grands mérites des Expositions universelles de nous faire connaître non seulement l’état de l’industrie, mais les costumes, les usages, l’existence même des différents peuples ? Il est certain que les galeries du Trocadéro, si instructives pour l’archéologue que pour l’artiste, ont pu fournir plus d'un renseignement utile à ceux qui s’occupent d’études ethnographiques. »

Retour à l'exposition

Conservatoire numérique des arts et métiers Conservatoire national des arts et métiers