L'histoire du Tour de France démarre à la fin du XIXe siècle, avec l'affaire Dreyfus. En effet, en 1898, Pierre Giffard, qui est alors rédacteur en chef du journal Le Vélo, prend position pour le capitaine Alfred Dreyfus. Jules-Albert de Dion, dirigeant de l'entreprise automobile De Dion-Bouton, est lui anti-dreyfusard et décide alors de créer son propre journal, concurrent du Vélo. Celui-ci sera appelé dans un premier temps L'Auto-vélo, avant d'être rebaptisé plus simplement L'Auto. Afin de développer les ventes du journal, Henri Desgrange, son rédacteur en chef, décide d'organiser une grande course cycliste à travers tout le pays. Le Tour de France est né.

Sa première édition a lieu en 1903, elle est remportée par Maurice Garin. Surnommé « le Tour » ou « la Grande boucle », le Tour de France est dès l'origine une épreuve sportive populaire, de par l'engouement qu'il suscite auprès de la population et l'origine sociale des coureurs : « L'origine des plus fameux coureurs ne saurait nous induire en erreur. F. Coppi apprenti charcutier, L. Bobet boulanger, E. Merckx, fils d'un épicier belge, B. Hinault, fils de cheminot et d'autres dont les parents travaillaient dans une usine ».

Créé au départ pour doper les ventes de journaux à une période de l'année plutôt creuse, le Tour de France a également permis aux fabricants de cycles, comme Peugeot ou Alcyon, de bénéficier d'une large publicité, et ce alors que le règlement du Tour a longtemps interdit certaines innovations. Il faudra ainsi attendre 1937 pour que le dérailleur soit autorisé, en partie grâce à Paul de Vivie dit Vélocio.

En circulant dans les campagnes, nul doute que le Tour de France ait aussi encouragé la pratique cycliste, utilitaire ou touristique, et fait naître quelques vocations de coureurs : « Cette grande randonnée contribuera encore à développer en France le goût du sport cycliste, car combien sera plus forte l'impression causée sur l'esprit des populations rurales, par le passage des concurrents de la course que celui que peut leur produire la vue isolée d'un simple touriste. » (La Locomotion, 11 juillet 1902)

Le parcours du Tour atteint son maximum en 1926 avec pas moins de 5 745 kilomètres ! Il en compte moins de 4 000 à l'heure actuelle. Si la réputation du Tour de France a été entachée par plusieurs affaires de dopage, il n'en reste pas moins aujourd'hui un événement sportif remarquable suivi par des millions de téléspectacteurs en France et à travers le monde.



Quelques dates :


1903
Premier Tour de France.
1906-1909
Passage du Tour de France en Alsace-Moselle (alors régions allemandes).
1907
Lucien Petit-Breton gagne le Tour (et le regagnera en 1908).
1913
Abandon du classement par points pour un classement au temps.
1915-1918
Pendant la première guerre mondiale, le Tour de France n'est pas organisé.
1919
Le vainqueur porte désormais un maillot jaune.
1924
Publication de l'article d'Albert Londres sur « les forçats de la route ».
1933
Le classement du meilleur grimpeur est créé (le maillot à pois apparaîtra en 1975).
1937
Le dérailleur est autorisé.
1940-1946
Interruption du Tour de France pendant la deuxième guerre mondiale.
1953
Le classement par points est repris, le meilleur sprinter recevant le maillot vert.
1955
Troisième victoire de Louison Bobet (après 1953 et 1954).
1964
Cinquième victoire de Jacques Anquetil (après 1957, 1961, 1962, 1963).
1965
Loi anti-dopage.
1992
C'est l'année de la signature du traité de Maastricht, le Tour traverse sept pays européens.
1998
Affaire Festina.
2005
Septième victoire pour Lance Armstrong (il en sera déchu en 2012 pour dopage).
2013
Centième édition du Tour de France.